Le peuple arabe ahwazi à Al-Ahwaz

0
1694
Christine Vincent
 Christine Vincent

Cette région arabophone, située dans le sud et le sud-ouest de l’Iran, est ignorée du monde et mériterait une grande attention internationale. Témoin de manifestations de masse, exigeant la liberté et la fin de l’oppression multifonctionnelle du régime iranien, les Ahwazis sont parmi les peuples les plus brutalement opprimés au Moyen-Orient.

Les Arabes d’Iran sont un groupe ethnique, habitant principalement dans les provinces du Khouzistan (territoire renfermant les plus importantes ressources pétrolières et gazières d’Iran), de Hormozgan, de Bushehr, de Fars et du Khorasan.  Leur population compterait 10 millions d’habitants sur 80 millions d’Iraniens, avec les personnes unies par la race, la culture et la langue. Leur dialecte arabe ressemble fortement à celui de l’Irak voisin. La majorité des Ahwazis sont musulmans chiites et sunnites, bien qu’il existe d’autres sectes et croyances, dont les chrétiens et les mandéens.

La région occupe des terres fertiles regorgeant d’eau, comptant le fleuve le plus long d’Iran, le Karoun, qui jouent un rôle essentiel dans la vie de son peuple, mais 60% des habitants ont accès à l’eau potable. La plupart des Ahwazis dépendent économiquement des voies d’eau pour leurs revenus de la pêche et de l’agriculture, avec les eaux utilisées pour irriguer les riches terres arables. Malgré les abondantes ressources naturelles, de minéraux, de pétrole (découvert en 1908) et de gaz naturel (environ 80% des ressources pétrolières et gazières iraniennes), les Ahwazis vivent sous le joug de l’oppression et dans une pauvreté avilissante. Selon les statistiques, cette région renferme quelque 183 milliards de barils de pétrole [brut], qui représentent plus de 85% des gisements de pétrole iraniens. Par ailleurs, selon les statistiques, Al-Ahwaz contient le deuxième plus grand gisement de gaz naturel au monde, après la Russie. Historiquement, les tribus sémites Elami se seraient installées sur les rives et les vallées d’Al-Ahwaz, établissant une grande civilisation, en particulier l’ancienne ville de Susa, maintenant connue sous le nom de Shush. Bien que l’« Arabistan » ait été l’objectif immédiat de l’expansionnisme persan et ottoman, les Ahwazis ont réussi à maintenir leur indépendance. Depuis 1847, la découverte du pétrole britannique en « Arabistan » a entraîné une augmentation des expéditions sur le Chatt al-Arab. Al-Ahwaz a eu son intégrité territoriale dans l’histoire jusqu’en 1925.

En 1925, la dynastie des Pahlavi est arrivée au pouvoir en Perse, maintenant appelé Iran, depuis 1935. Reza Khan, le souverain de Perse, dirigé par le général Zahidi, en alliance avec la Grande-Bretagne, a envahi l’Emirat d’Al-Ahwaz en 1925, renversant le dernier souverain arabe indépendant de la région, Sheikh Khazal Alkaabi, qui a ensuite été emprisonné à Téhéran pendant dix ans, avant d’être assassiné en 1936. Suite à cette invasion militaire, l’indépendance et la souveraineté des Ahwazis ont été formellement refusées, lorsque cette région arabophone a été annexée pour devenir une partie de la nouvelle nation d’Iran. La dynastie des Pahlavi a été fondée sur une idéologie fortement nationaliste, avec tous les territoires de Téhéran représentés comme des parties homogènes d’un ensemble persan, identifiant l’importance géopolitique et la richesse en ressources d’Al-Ahwaz comme des atouts majeurs potentiels. Ses habitants arabes ont été soumis à la discrimination ethnique, au nettoyage, à la violence de l’État et à la marginalisation.

Depuis cette annexion, cette éradication systémique du caractère arabe de la région d’Al-Ahwaz et de ses peuples s’étend dans tous les domaines de la vie, montrant une stratégie complètement planifiée pour enterrer et effacer la culture arabe et l’identité des Ahwazis. Le régime iranien théocratique actuel a imposé un régime autoritaire à la région d’Al-Ahwaz par les mesures les plus sévères, dans le but d’isoler les peuples arabes ahwazis de leurs origines et leur association historique avec les nations arabes. Par la suite et à ce jour, l’Iran a appliqué un programme d’éducation en farsi, l’enseignement de la langue arabe est interdit et toutes les études en arabe ont été rendues illégales. Cela a entraîné un analphabétisme répandu chez les Ahwazis et des problèmes de chômage généralisé, dépassant 40%. Les Arabes sont systématiquement victimes de discrimination en matière d’emploi. Le régime iranien va jusqu’à confisquer les terres des Ahwazis et augmenter la proportion de colons non-arabes dans la région, afin de changer la population démographique et les noms arabes originaux des villes, des rivières et d’autres caractéristiques géographiques par des noms en farsi, dans une tentative de nier l’identité arabe de la région. Ces politiques d’« apartheid » des régimes successifs iraniens interdisent aux Ahwazis de porter une robe arabe, dans le but ultime d’éradiquer toute identité arabe. Le taux de pauvreté est extrêmement élevé – soit environ 70% dans les grandes villes – et le taux de malnutrition infantile est d’environ 50%. 29 ans se sont écoulés depuis la fin de la guerre Iran-Irak, cependant, les stigmates de la guerre sont encore visibles sur les murs des maisons des Ahwazis.

Bien que ces politiques continuent jusqu’à nos jours, les Ahwazis ont toujours lutté pour leurs droits, y compris les droits de l’autodétermination de la nation. Ils ont utilisé tous les moyens de lutte pacifiques pour atteindre leurs objectifs. En avril-mai 1980, l’attaque de l’ambassade d’Iran à Londres par un groupe de six hommes armés appartenant au Front Démocratique Révolutionnaire pour la Libération de l’Arabistan (FDRLA) marqua dans les esprits les revendications indépendantistes des minorités arabes d’Iran. Depuis l’an 2000, les Ahwazis ont pu s’organiser eux-mêmes, ce qui a entraîné de nombreuses manifestations et une lutte politique pacifique sans arrêt. Ils ont également atteint leur voix au nombre d’organisations internationales qui surveillent les problèmes de droits de l’homme dans le monde entier. Tous ont unanimement condamné l’Iran pour violation des droits de l’homme dans Al-Ahwaz. Dans divers incidents, les forces armées iraniennes ouvrent le feu à la foule, parmi eux, les enfants, les femmes et les personnes âgées.

 Malheureusement, leur lutte a souvent été ignorée ou non soulignée comme une lutte politique contre l’Iran. Elle n’a pas été soutenue par les Etats arabes régionaux et ce, parce qu’ils sont principalement des Arabes chiites. Aussi, l’Irak a toujours voulu considérer l’« Arabistan » comme une partie de son sol et empêchait tout autre État arabe d’interférer et de revendiquer.  Cette politique basée sur la répression ethnique et linguistique s’est accélérée ces dernières années, dans le but évident d’éradiquer l’identité et la culture arabe d’Al-Ahwaz. Tout mouvement politique populaire ou soulèvement mené par des Ahwazis dissidents est brutalement annulé par les autorités du régime, avec une violence massive contre les manifestants, des arrestations massives et des exécutions. Les prisonniers détenus sont habituellement détenus au secret pendant des mois, au cours desquels ils sont soumis à des tortures et à des interrogatoires. Les Ahwazis souhaitent vivre dans la paix et la prospérité, se conformer aux lois et normes de la communauté internationale et contribuer à l’humanité.

La seule partie de la production de pétrole et de gaz transmise aux Ahwazis est la pollution de l’air et de l’eau et une augmentation des maladies dangereuses, résultant des déchets toxiques et des gaz toxiques émis par les installations pétrolières et pétrochimiques, rejetant des quantités massives de substances industrielles dangereuses dans le milieu environnant. La capitale de la région, également appelée Ahwaz, est l’une des villes les plus polluées au monde, avec une augmentation des maladies cancéreuses, liées à la pollution de l’air et de l’eau.

Les Ahwazis ont cherché de manière répétée à utiliser tous les moyens politiques pacifiques pour atteindre même les droits de l’homme les plus fondamentaux, qui sont censés être garantis par la Constitution actuelle du régime iranien, en particulier dans les articles 15 et 19, qui mettent l’accent sur le droit à l’éducation dans la langue maternelle de toutes les ethnies au sein de l’Iran, y compris les Arabes, les Turcs, les Kurdes et les Baloutches.

 

Comments

comments

Laisser un commentaire