Les élections présidentielles en France

0
723

Christine Vincent

Les résultats du premier tour des élections présidentielles en France ont révélé un nouveau clivage, le vieux clivage gauche-droite ayant été implosé, la classe moyenne n’existant pratiquement plus.

Les partis traditionnels gauche-droite ne sont plus au second tour, en faveur de deux programmes antinomiques, révélant deux visions différentes du monde.  Le peuple français est las d’entendre des promesses non tenues, que ce soit de gauche ou de droite. Ces partis historiques partagent aussi des idées semblables, s’étranglent entre eux et défavorisent les classes moyenne et ouvrière.

Dans le programme d’Emmanuel Macron, l’efficacité des services publics doit être améliorée. Les agents de la fonction publique connaissent la qualité d’une prise en charge publique et sont attachés à ce principe. Les citoyens, qui financent le service public par l’impôt, aspirent à des services publics qui tiennent mieux compte de leurs besoins réels, adaptés à leur situation, sans oublier la complexité administrative. La transformation numérique du service public permettrait de simplifier les démarches et de redéployer les effectifs de la fonction publique, pour créer des postes et les réduire là, où le numérique permettrait de rendre le même service. Les domaines de l’éducation, de la santé et de la sécurité sont les priorités, avec la création ou le maintien de postes. L’urgence est de renforcer l’apprentissage, développer l’alternance dans l’enseignement professionnel et se battre contre les discriminations, permettant d’accroître la qualification de la population active dans son ensemble et faire monter l’économie française. L’agriculture française est aussi un formidable atout économique pour le pays. Le goût et l’accès aux actions d’éducation artistique et culturelle doivent être renforcés, avec un enjeu prioritaire de la refondation de l’Europe. Pour assurer la protection des Français, face aux menaces comme Daesh, des moyens de défense et de sécurité sont nécessaires, dans la perspective d’une défense plus européenne. Cette sécurité et cette souveraineté, qui ont un coût, permettraient à la France de demeurer une puissance militaire, reconnue sur la scène internationale. Les personnes âgées ne sont pas oubliées, il ne suffit pas d’ajouter des années à la vie, il faut surtout ajouter de la vie aux années. Il faudrait leur permettre de mieux vivre et prévenir la dépendance, que la fin de la vie active soit le début de la vie sans activité.

Face à la modernisation d’Emmanuel Macron s’oppose Marine Le Pen, nostalgique des frontières, qui voudrait renégocier les traités européens, mettre en place un protectionnisme et rétablir une monnaie nationale, voire même lancer un référendum sur le maintien dans l’UE, avec le rétablissement d’une monnaie nationale adaptée à l’économie française. Des mesures d’expulsion et de déchéance de la nationalité française de tous les étrangers en lien avec le fondamentalisme islamiste, la dissolution du financement de leurs organismes, tout en renforçant les moyens des services de renseignement intérieur et extérieur permettraient de lutter contre les filières djihadistes. Afin d’assurer une capacité de défense autonome dans tous les domaines, policiers, gendarmes, agents des douanes, militaires, il faudrait développer l’industrie de la défense, en augmentant et modernisant les équipements et structures, créant des postes supplémentaires et rétablissant un service militaire. Au lieu de la mise en vente à l’étranger des palais et bâtiments nationaux, il est nécessaire d’augmenter le budget à leur entretien et de promouvoir la préservation du patrimoine. Sur le plan international, l’objectif est de renforcer les liens avec les nations francophones et de renforcer les liens entre les peuples, qui ont le français en partage, avec un souhait de rapprochement avec la Russie. Sur le plan de l’immigration, on préfère promouvoir le principe d’assimilation à celui d’intégration. Au programme, il est question de mettre fin à l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage, à l’automaticité du regroupement familial, de revoir les modalités de demande du droit d’asile et de supprimer la double nationalité et le droit du sol sur tout le territoire. Le principe de préférence nationale au cœur du projet favorise le patriotisme économique aux produits français, les minimums sociaux aux Français, avec l’âge légal de la retraite à 60 ans et l’opposition du droit de vote aux étrangers. Défendre la langue française et imposer la laïcité et la sécurité à l’école sont des priorités, en renforçant l’enseignement du français aux dépens de l’enseignement des langues et cultures d’origine, avec les restrictions qui s’imposent, comme rétablir l’autorité et le respect du maître et instaurer le port d’un uniforme à l’école.

Au second tour, s’affronteront le candidat Macron (de droite et de gauche) avec l’économie de marché, l’intégration européenne et la mondialisation et la candidate Le Pen (ni de droite ni de gauche), avec l’isolation de la France et le protectionnisme.

Comments

comments

Laisser un commentaire