Rohani comptabilise le colportage comme un emploi créé pour les femmes !

0
77

Un groupe de militantes sociales a critiqué le bilan de 100 jours de Rohani et a déclaré que la nomination de quelques femmes en tant que gouverneurs ou adjointes ne résout pas les problèmes des femmes iraniennes.
Dans une lettre ouverte, les femmes ont révélé que la fausse revendication de Rouhani d’avoir créé 307 000 emplois féminins, considéré comme un succès de son cabinet, comprend de faux emplois tels que le colportage vers lequel les femmes se tournent en dernier recours.

Voici la lettre : « En effet, ce qui est reconnu comme le résultat de la conduite du gouvernement et de l’élaboration des politiques en matière d’emploi comprennent l’utilisation objectivée des femmes dans les expositions automobiles coûteuses, leur embauche comme conseillères dans les agences immobilières, l’augmentation de leur présence dans les agences, la proposition d’emplois à faible revenu pour avoir fourni des services dans les trains et les avions, etc. et une augmentation du nombre de faux emplois tels que le colportage dans les rues et une présence accrue dans le marketing. Ce processus va à l’encontre de l’article 21 de la Constitution ». (Agence de presse officielle Mehr, le 5 décembre 2017)
Les femmes sont les premières victimes de l’économie iranienne en faillite à la lumière de la discrimination flagrante institutionnalisée dans la loi contre les femmes et de nombreuses restrictions imposées à leur emploi et à leur éducation, créant ainsi de dures conditions de vie pour les femmes. Beaucoup de femmes ayant fait des études supérieures doivent faire du colportage dans les rues, travailler dans des restaurants ou comme secrétaires dans des bureaux et accepter des salaires aussi bas qu’un tiers du salaire minimum.

Comments

comments

Laisser un commentaire