Le régime criminel en Iran a pendu le lutteur kurde Mansour Arvand

0
340

La Résistance iranienne condamne vigoureusement la pendaison du prisonnier politique Mansour Arvand, lutteur et entraîneur kurde de 39 ans, par le régime criminel au pouvoir en Iran. Elle présente ses condoléances à sa famille, ses amis et l’ensemble du peuple kurde, notamment les habitants de Mahabad. Elle appelle la population à protester contre ces exécutions arbitraires et à soutenir les familles des victimes et des prisonniers politiques.

La Résistance iranienne exhorte également la communauté internationale à condamner fermement la recrudescence des exécutions, notamment des prisonniers politiques en Iran. Au lieu d’ignorer les exactions de ce régime sous prétexte de négociations nucléaires et de prétendus « modérés » chez les mollahs criminels, elle doit renvoyer le dossier du régime iranien au Conseil de sécurité des Nations-Unies pour répondre de ses crimes contre l’humanité.

Mansour Arvand, sportif populaire de Mahabad, avait été arrêté en juin 2011 et condamné à mort pour « guerre contre Dieu », « propagande contre l’État et appartenance au Parti démocrate du Kurdistan ». Soumis à de violentes tortures au cours des quatre années passées en prison, notamment dans le centre de détention des services des Renseignements de Mahabad, Mansour Arvand était gravement malade et souffrait d’infection rénale.

Mansour Arvand a été exécuté dans la prison de Miandoab, alors qu’il y a quelques mois on lui avait signifié une commutation de sa peine à la perpétuité.

Avec des camarades, ce courageux prisonnier politique avait entrepris le 20 novembre 2014 une grève de la faim à la prison d’Oroumieh (nord-ouest de l’Iran) contre le plan du régime visant à supprimer la section des politiques dans le but de les mélanger avec les prisonniers de droit commun, ainsi que les pressions exercées sur les familles des détenus politiques. Cette grève de la faim avait duré plus d’un mois.

Comments

comments

Laisser un commentaire